Ecole de magie pour jeunes sorciers établie sur l'île mystérieuse d'Eléus-Théria
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Michel Sangdragon -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Michel Sangdragon -    Jeu 3 Nov - 22:52


Une averse tropicale plombait le ciel de l'île enchantée, déversant une eau tiède sur le sol encore chaud du soleil de l'après-midi et faisant ainsi fumer les grandes dalles de roches volcaniques qui composaient le dragoport. Quelque part, dans la forêt tropicale, des naïades dévêtues devaient prendre une douche impromptue avec un cube de gel au Monoï. Mais ici, sur l'aire dégagée au milieu des nids des dragons, Michel attendait. Derrière le col relevé de son blouson, ses yeux bleus perçants restaient en éveil sous la frange mouillée de ses cheveux noirs.
Les mains dans les poches, il ne bougeait pas. Il attendait.
A ses pieds se trouvaient ses bagages. Un étui de guitare sur lequel avait été scotché une épée dans son fourreau, un grand sac marin en toile noire épaisse et goudronnée, un coffre en bois renforcé de fer. Rien de plus.
Ses grosses chaussures de marche à moitié cachées par le bas de ses jeans se riaient de l'eau qui ruisselait des flancs de la montagne avant d'aller se perdre dans les eaux de l'océan.
Dans l'orage, au-dessus de sa tête, tournoyaient les dragons.
Il laissait son esprit dériver. Était-ce donc de matin ? Cela semblait si loin.

Sur la vaste courtine en pierre noire du château familial, il avait fait ses adieux à sa mère et à ses sœurs, les serrant contre son cœur en leur promettant d'écrire souvent et d'être un gentil garçon. Il avait aussi promis à sa plus jeune sœur de ne pas tout casser à l'école comme il le faisait trop souvent à la maison. La petite Emilie avait même accroché à la fermeture éclair de l'une de ses poches un petit porte clé duquel pendouillait avec une absence de grâce touchante un petit nounours à l'air renfrogné mais de la même couleur que les yeux de Michel. Un porte-bonheur avait-elle dit.

Un long moment plus tard, le dragon était arrivé. Immense. Noir. L'oeil mauvais. Des fumerolles méphitiques sortaient de ses naseaux tandis qu'il considérait avec intérêt la petite famille rassemblée avec un air où la férocité l'y disputaient à la convoitise.

« Alors c'est toi, le petit maître ? » demanda-t-il d'une voix caverneuse pendant que sa mère et ses sœurs rentraient précipitamment se mettre à l'abri.

« Pas encore. Ca viendra. » avait répondu laconiquement Michel.

« Parce que tu crois que tu vas arriver à cette île vivant ? » avait demandé le reptile d'une voix mielleusement menaçante.

« Oui. Tu n'as aucune envie de mourir. » La voix imperturbable de Michel énonçait la vérité brute. Il savait que son père tuerait sa monture si elle tentait quoi que ce soit contre son fils. Il n'avait pas le choix. Le Maître des Dragons ne laissait jamais le choix à personne. Pas même à son fils.

Furieux de n'être pas parvenu à terroriser le jeune homme, le grand dragon avait tapé de sa large patte et craché un jet de flammes noires.

« Très bien. Assez jacassé, humain. Monte. »

A dire le vrai, Michel n'en menait pas large malgré sa feinte assurance. Il savait pertinemment qu'il n'avait aucune chance face à un dragon de cette taille, et le simple fait de côtoyer l'immense bête était suffisant pour faire couler une rigole de sueur le long de son dos. Mais il savait aussi qu'il devait masquer sa peur, l'enfouir tout au fond de lui-même, pour ne pas donner prise à l'agressivité du dragon.

Sans mot dire, il avait hissé ses bagages sur la vaste selle qui avait été ajustée entre les puissantes ailes du reptile. Il les avait arrimés soigneusement, ne désirant perdre aucun des objets qu'il avait choisis un à un. Enfin, il s'était installé en selle et avait serré les liens de cuir qui l'attacheraient à la bête quelle que soit sa position de vol. Juste au cas où le monstre aurait décidé d'effrayer son jeune cavalier par une manœuvre aérienne acrobatique.

Puis, ils avaient décollé. Le battement puissant des ailes du dragon, l'impression soudaine de sentir son estomac lui remonter dans la gorge avaient rendus la peau de Michel pâle comme un linge et ses yeux écarquillés d'angoisse. Le sol était loin, là-bas... Bien trop loin pour son goût. Mais il avait serré les dents, les poings et les fesses, et il avait tenu bon. Quand le vol du dragon s'était redressé et qu'ils étaient repassés au-dessus des nuages, il avait respiré. Un peu.

Depuis sa position en altitude, son père avait alors fait plonger son dragon vers celui de son fils. Naturellement, il n'avait pas pu s'empêcher de provoquer le dragon noir, embarquant ainsi les deux reptiles dans une courte mais affolante passe d'armes tournoyantes qui avait fait regretter à Michel d'avoir pris son déjeuner le matin.

« J'ai une dernière chose à te dire, fils. » avait-il finalement crié depuis le dos de sa monture, une fois que la hiérarchie du vol avait été fixée.

« Adieu ? » avait répliqué Michel du tac au tac.

« Ne soit pas si ingrat avec celui qui a passé le plus clair de son temps à faire de toi ce que tu es ! »

« Je te remercierai le jour où je pourrai t'envoyer au tapis, comptes-y. »

Chaque fois que son père approchait, son humeur devenait noire.

« Nous verrons si ce jour arrive. Mais en entendant, voici ce que j'avais à te dire : tu as jusqu'à tes vingt ans pour te trouver une monture. Un dragon. Un grand dragon. Si tu n'y arrive pas, ne reviens jamais au château, tu ne seras plus mon fils.
Adieu. »

Et, sur ces derniers mots qui avaient une fois de plus allumé un incendie de rage dans son cœur, le Maître des Dragons avait décroché de la formation et plongé au-dessous des nuages, laissant Michel seul sur le grand dragon couleur de nuit.

« Et on nous rebat les oreilles avec l'amour des mammifères pour leurs enfants. Franchement, vous devriez essayer d'avoir des œufs. »

Engoncé dans son blouson de cuir, les mains dans les poches pour ne pas avoir froid malgré la vitesse et l'altitude, Michel n'avait rien répondu. Le dragon marquait un point.

****

La pluie s'était arrêtée maintenant, ce qui avait paradoxalement tiré Michel de sa rêverie. Il était toujours seul sur le Dragoport d'Eleus Theria. Le grand dragon noir l'avait laissé là, lui et ses bagages et s'en était retourné vers les nuées, un sourire méprisant à jamais figé sur ses lèvres écailleuses.

Au milieu de la grande place du Dragoport, Michel restait seul, ses bagages à ses pieds. Les mains dans les poches de son blouson, il attendait tandis que le soleil sèchait ses longues mèches couleur corbeau. Un œuf. Comme la maison qu'il voyait la bas. Oui, pourquoi pas un œuf après tout...
Autour de la vaste esplanade, les dragons allaient et venaient autour de leurs nids, indifférents au jeune humain immobile au milieu du vaste espace dégagé. Il n'appartenait pas à leur monde.
Michel attendait. Sans mot dire. Sans montrer de signe d'impatience. Quelqu'un finirait bien par venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Ven 4 Nov - 22:29

Et ce quelqu'un finit par venir. Quelque part après la visite à Anietta accompagnée de Minako, et le prêt de vêtements de la part de celle-ci. La curiosité et l'amour de ce quelqu'un l'avait ramené parmi les dragons.

Qui est ce quelqu'un ?

C'est peut-être le petit garçon qui cherche son chemin ? Ou bien cette jeune femme qui prend la main d'une enfant et l'entraîne à sa suite ?

Une goutte de pluie ? Le doux chuchotement de l'ondée ?

Ou bien est-ce la drôle de jeune fille à tête blonde qui se tenait tout juste à côté de Michel et qui le dévisageait avec une expression intriguée. Elle était drôle cette petite, car on aurait dit qu'elle n'avait pas tout compris de comment enfiler un tee-shirt rose et une pantacourt assorti. Ils étaient mis à l'envers... Non seulement Michel voyait les coutures du tee-shirt, mais en plus, l'étiquette du col se trouvait sous son menton... Et puis, pour couronner le tout, elle portait une seule et unique chaussette blanche, mais pas de chaussures. Elle était... originale... c'était le moins qu'on puisse dire.

Les bras sagement joints derrière le dos, elle ne dit rien et examina l'étrange jeune garçon qu'elle avait vu arriver sur le dos d'un dragon noir. Et elle l'avait vu resté planté là comme une statue de marbre.

"Sont-ce de bien sombres pensées qui vous figent ainsi, doux écuyer, ou bien le souvenir de votre maîtresse laissée au loin ?" finit-elle par lui demander d'une voix bienveillante agrémentée d'un doux sourire maternel.

Oui, oui, vous avez bien lu, "maternel". Elle ne semblait guère plus âgée que lui, mais en plus de parler bizarrement, elle posait sur lui le même regard que celui d'une mère accomplie sur son enfant perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Sam 5 Nov - 2:33

Sortant de sa rêverie, Michel regarda la jeune fille qui se dressait devant lui. Comment était-elle arrivée ? Comment avait-il pu ne pas la voir ? Oui, en vérité comment ne pas remarquer cette jeune fille si étrangement vêtue.
Durant une seconde, il la détailla, un peu incrédule, ne parvenant pas à trouver une explication à sa tenue débraillée. Peut-être avait-elle dû s'habiller à la hâte ? Oui, ce devait être cela. Elle avait dû se dépêcher pour venir le chercher au Dragoport et elle s'était ainsi attifée sans trop chercher à vérifier son accoutrement. Oui, c'était ce qui avait dû se passer. Pourquoi une jeune fille se serait-elle habillée avec soin pour lui, de toutes façons ?

Le regard de Michel remonta au visage de la jeune fille qui lui souriait avec bienveillance. Le soleil qui perçait à présent les nuages venait balayer l'esplanade de pierre sombre en faisant briller les flaques d'eau de mille nuances irisées, et ses rayons caressants mettaient de l'or dans les cheveux de Niamh, entourant son visage délicat d'un halo doré qui lui donnait l'air d'un ange. Elle était jolie. Dangereusement jolie.

Son père pensait que Michel allait s’amollir sur cette île paradisiaque, sans combat, sans guerre, sans même une arène. Il pensait qu'il avait tout appris à son fils de ce qu'il fallait pour devenir un guerrier invincible. Quelle erreur risible... Quel manque de jugement de la part du Maître des dragons... Tel le fils de Aoife et CuChulainn à qui l'on n'avait pas appris à éviter la morsure cruelle du Gae Bolga et qui mourut de la main de son propre père lors de son premier combat, Michel était frappé au défaut de sa cuirasse dès son premier contact sur cette île qui devait faire de lui un sorcier digne de ce nom.

Point d'arme, point d'agression dans ce regard d'azur et d'eau, mais c'était en elle-même qu'elle était un danger pour lui. Depuis quatre ans qu'il était reclus en son château de pierre noire, il n'avait connu pour toute compagnie féminine que sa mère et ses sœurs. Rien, absolument rien, ne l'avait préparé aux périls du charme féminin, à l'attrait envoûtant irrésistible d'un sourire éclatant, à la magie d'un rire cristallin ou d'un regard pétillant, tous dangers qui vous crucifient le cœur bien plus sûrement que la dague la plus acérée. Pour lui, les jeunes filles en fleur avaient toujours été un sujet de roman. Parfois de rêve. Mais jamais il n'en avait côtoyé.

Sa gorge devint sèche, et ses mains se mirent à trembler un peu alors que son cœur se mettait à battre plus vite. Il sentait le péril. Un péril qui venait de son propre cœur si curieux de découvrir ces sentiments merveilleux et tragiques dont on parlait dans les livres, un péril dans lequel il risquait de s'entraîner lui-même sans qu'elle ait rien à faire que d'être là et de continuer à sourire, sans même jamais penser à mal.

Mais on ne devient pas un Maître des Dragons sans s'exposer au péril, fût-il un péril aussi dangereusement ravissant que celui-ci.
Faisant un pas vers la jeune fille, il tendit la main pour la saluer, faisant tous les efforts possibles pour que son ton de voix semble neutre, sa main ferme et ses yeux fixés dans ceux de la jeune fille.

« Je n'ai ni Maître ni Maîtresse, je ne suis pas écuyer, et je n'ai jamais entendu personne me dire que j'étais doux. Mes pensées ne sont pas sombres, j'attendais que quelqu'un vienne m'accueillir.
Je suis Michel Sangdragon, fils du Maître des Dragons. Je viens du château qui garde le bout du monde pour devenir élève de l'école d'Eleus Theria. Bonjour, damoiselle.
»

Il avait dit tout cela d'une traite ou presque et il se sentait mieux. Il avait réussi à établir un contact, mais aussi un mur de conventions entre elle et lui. Un rempart qui l'aiderait à ne pas se laisser envahir par son charme féérique. Il l'avait appelée damoiselle sans y penser, par mimétisme, en raison du langage un peu suranné dont elle avait usé pour s'adresser à lui.

Sans se départir de son air sérieux, il ajouta en désignant le haut de vêtement de la jeune fille.

« Et euh... vous avez mis votre T-Shirt à l'envers. Sans vouloir vous offenser. »

Il ne dit rien pour la chaussette. Certains chanteurs portaient bien un seul gant. Pourquoi pas une seule chaussette après tout ?


Dernière édition par Michel Sangdragon le Mer 9 Nov - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Sam 5 Nov - 8:04

Spoiler:
 

"L'absent s'éloigne chaque jour"

proverbe Japonais

-------------------------------------
Il pleut comme pas possible. Il doit être aux alentours de 3 heures. Mais ce genre de détails n'a pas d'importance. En réalité, qu'est ce qui ade l'importance ? Pas grand chose selon l'avis du jeune homme qui est planté devant le quartier chinois de Paris, sous un pluie fracassante et sans parapluie. Il s'appelle Nathanaël . Le dit Nathanaël est en train de secouer la tête. Peut-être pour se débarasser de la pluie. Ou peut-être pas...
Il vas partir. Où ? Il n'en sais rien. Quand ?
Aucune idée. Pourquoi ? Il ne sais plus...
Des centaines d'émotions se mêlent dans son cœur, sans qu'il sache pourquoi. Elles n'ont pas leurs place ici. Il n'est pas du genre sentimental, pourtant...
Ses yeux se tournent une dernière fois vers sa famille. Il sait bien qu'il va la revoir. Pourtant, quand il se met en route, et que le quartier chinois est loin derrière lui, il a comme un horrible goût "d'adieu" sur la langue. Il secoue la tête une nouvelle fois. Il faut qu'il se reprenne. Maître Vuong lui en voudrait de tant de sensiblerie. Après
tout, n'avait t-il pas cessé de répéter, depuis le premier jour de son entraînement "un homme ne doit jamais montrer ses sentiments" ? Oui, il aurait honte de le voir dans cet état de loque bouleversée.
Il faut qu'il sois fort. Même si elle n'est pas venue. Nathanaël refoule ses larmes rebelles qui sont encore prêtes à jaillir.
Il ne sais pas où je dois aller. "Ton dragon te trouvera" lui a dit son père. Bien sûr... Il prends un billet de bus pour un petit coin de forêt isolé de sa connaissance. Au moins, ici, il n'y aura aucun moldus pour faire une crise cardiaque en voyant le dragon. Il n'y avait rien de précis d'écrit dans la lettre. Il fallait dire qu'il l'avait
retrouvée trois ans en retard. Il est persuadé que le dragon ne viendra pas. Après tout, comment pourrait-il savoir, après trois ans ? Surtout que le garçon n'aurai pas put répondre à cette lettre, même s'il l'avais voulu. Il n'y avait pas d'adresse. En plus, Nathanaël n'a même pas de hibou et il se voyait mal aller à la poste Moldue avec pour
seule adresse une école située sur île inconnue...
Mais il a tout de même voulu aller tenter sa chance. Après tout, qui sais ? Peut-être sa volonté d'aller à Eleus Théria attirera le dragon ? Même si cette possibilité lui semble plus que improbable, il se dis qu'il ne coûte
rien d'essayer. Après tout, qu'a-t-il à perdre ? A part un temps précieux ?
Le garçon court sous la pluie pendant le chemin qui le sépare de l'abris. Il s'assoit sur le banc en plastique en dessous de l'abri-bus. Il fait drôlement froid pour la saison. Il frotte ses mains gantées (et mouillées par la même occasion) et pose un regard désespéré sur la lettre de l'école qu'il tient fermement dans mon poing. Et si cela marchait ? Il regarde sa montre, par habitude, avant de se rappeler qu'elle est cassée. Quel
idiot... Il se fait prendre à chaque fois. Mais pourquoi ne la jette t-elle t-il pas juste à la poubelle ? Elle est cassée, elle ne sert à rien !
*comme toi...* souffle une petite voix désagréable dans sa tête. L'adolescent frissonne de la tête aux pieds,
et cela n'est pas dût au froid, cette fois-ci. Qu'était-ce, à l'instant ? Nathanaël sursaute en entendant son bus arriver. Le garçon attrape sa valise, et se prépare à rentrer. Mais au moment de rentrer dans le véhicule, il s'immobilise. Non. Il s'excuse au conducteur qui le regarde étrangement, et il retourne s'asseoir sur le banc. Son geste est stupide et il le sait. Mais il veux encore y croire. Il veux encore croire qu-
elle viendra le voir. Il ne l'a plus vue depuis l'accident. Peut-être à t-elle peur de lui. Elle aurait raison. Ces temps-ci, il se fait peur à moi-même.
30 minutes passent. Deux bus avec. Mais l'adolescent se retourne à chaque fois. Il ne PEUX pas partir sans la voir.
C'est au-dessus de ses forces. D'ailleurs, rien ne lui dis qu'il va partir. Il est presque certain qu'il ne trouvera pas de dragon à son arrivée, et cela même s'il attendais une année entière. Mais "au cas ou". Au cas ou, il veux lui dire au revoir. Il veux sentir une dernière fois son parfum de rose qui le transporte à milles lieux quand il le
respire. Il veux revoir sa frêle silhouette et ses longs cheveux d'ébène fins comme des baguettes. Il veux la revoir.
Il s'imagine qu-elle se soit finalement décidée à lui dire adieu, et qu-elle soit allée chez lui en catastrophe. Que mes parents l'aient prévenue de son départ imminent. Et qu'elle le rejoigne, en courant,s'empêtrant dans les feuilles mortes et mouillée jusqu'aux os car elle n'a jamais de parapluie. Il souris en s'imaginant la scène. Mais elle est encore moins probable que le fait qu'un dragon l'ait attendu trois ans. Un bruit de pas le fait sursauter. Est-ce
elle ? Non... Juste un clochard saoul comme un porc qui avance en titubant. Il espère encore...
Un autre bruit se fait entendre. Cette fois-ci, il n'ose pas lever la tête, de peur d'être encore déçu. De
toute façon, elle ne viendra pas. Il le sais. Le garçon ferme les yeux. Cette fois, une larme parviens à passer les barrières de ses paupières. Nathanaël esquisse un geste pour les essuyer mais... une autre main le fais à sa place. Une main infiniment douce et familière. Il ouvre les yeux, se redresse. Non, il doit rêver. C'est impossible !


-"Feng..."

Son nom sonne comme le plus beau des trésors à ses oreilles. Elle lui sourit maladroitement et n'en paraît que plus belle. L'adolescent l'enlace de toute ses forces, respirant son parfum à plein nez. Il l'étouffe un peu, elle le repousse gentiment en riant. Ses cheveux sombres sont collés pas la pluie. Il imagine bien que les siens le sont tout autant. Des larmes ont coulées sur ses joues, se mêlant à la pluie. Le garçon les essuient, un immense sourire aux
lèvres.

-"wǒ fēng kuáng de ài zhe nǐ" ( HJ : traduction : je t'aime à la folie)

Et il embrasse passionnément ses lèvres rouges. Et il pleure. Il pleure comme un enfant. Pourtant, Il n'a pas honte. Devant Feng, il n'a jamais honte. Elle pleure aussi. Et ils se retrouvent tout les deux comme deux
imbéciles, à pleurer comme des bambins, un clochard ivre comme spectateur.
Le dernier bus arrive. C'est sa dernière chance de la journée d'aller dans la forêt. Bien sûr; il pourrait attendre encore un peu, mais... une petite voix dans sa tête lui dit de ne pas le faire. C'est comme si ses actions d'aujourd'hui étaient dictées à l'avance. Comme si le fil rouge du destin des Parques devait l'emmener vers une
destination connue d'elle seule. Aujourd'hui. Et qu'il n'aurai pas d'autres chances. Nathanaël savait bien que cette façon de penser était plus que stupide et fataliste, mais il ne voyait pas comment s'en sortir s'il ne se fiait même pas à son propre instinct. Le bus s'est arrêté. Une petite mamie essaye de descendre mais n'y arrive pas. Chouette, ça lui donnera plus de temps... Feng le regarde d'un air suppliant et lui chuchote, en Français


-" tu n'es pas obligé de partir, tu sais..."

Le garçon n'ose pas lui répondre. C'est vrai,il n'est pas obligé. Mais il le veux. Nath pense qu'elle serait blessée si il lui disait. Elle croirait qu'il choisis une école plutôt qu'elle. Mais c'est faux, totalement faux. C'est pour elle qu'il n'est pas retourné à son ancienne école. C'est pour elle qu'il essayé cette école de moldue. Alors, maintenant, c'est aussi pour elle qu'il choisis d'aller à Eleus Théria. L'adolescent veux pouvoir la revoir pendant les vacances, pas
comme si il étais allé en Chine. Il veux pouvoir continuer ses études, pour ne pas qu'elle ait honte de lui, pas comme si il était resté dans cette école de moldus. Ce serait un mensonge de dire que toutes ses actions sont guidées par elle. Mais elle y prend une grande part. Sa vision du monde à totalement changée depuis qu'il l'a rencontrée...

çay est, mamie est descendue. Il va falloir qu'il monte dans cet autobus.
Et qu'il laisse Feng. Nathanaël l'étreint une dernière fois, essayant de graver ce dernier moment dans ses souvenirs. Le conducteur de bus klaxonne. Il n'a pas que ça à faire d'attendre deux tourtereaux. Le garçon saute sur la marche, se forçant à ne pas faire demi-tour. Il va bondir dans le bus ,sous l'air étonné des passagers, pour ne pas à
revoir Feng, quand elle l'attrape la manche. Il grince des dents. Pourquoi rend t-elle toujours les choses plus difficiles ? Elle le fait tourner sur lui-même, et l'embrasse en lui fourrant un objet dans la
main en même temps. Tout en faisant cela, elle lui murmure:


-"Je t'aime, Wen. Mais tu sais, l'absent s'éloigne chaque jour..."

Ensuite, elle s'enfuit en courant, le laissant là, hébété, avec le chauffeur de
bus qui dit pour la énième fois qu'il va partir sans lui. Il s'oblige à rentrer dans le bus, même si son instinct lui dicte d'aller la rattraper. Le garçon composte son ticket et trouve une place assise près de la fenêtre couverte de buée. Il y passe un coup de manche afin d'y voir plus clair. Le bus démarre. Et il voit la fragile Feng qui
court au loin. Il est sûr d'avoir pris la bonne décision, alors pourquoi, pourquoi as-t'il l'impression de commettre une grossière erreur ?


----------------------------------------------------------------------------------------------

2 heures plus tard



Il fait vraiment froid. Après deux heures de transport, Nathanaël est arrivé au terminus : la forêt de Sinaï. Tout est désert et froid ici. Les Moldus disent qu'elle est hantée, c'est pour cela qu'aucun n'ose y mettre les pieds. On raconte une étrange histoire de meurtre en série à son sujet. Lui, il n'y crois pas. Il n'empêche qu'il ressens tout de
même un petit frisson le long de sa colonne vertébrale. Il se sens idiot. Que doit-il faire ? Crier à son dragon de venir ? Qu'il est là ?
Non, vraiment, il n'en sais rien. Il fait froid. Il pleut encore un peu. L’adolescent se rend soudain compte de la stupidité de sa situation. Il est assis sur une souche d'arbre pourrie avec une énorme valise pour aller il ne sait pas
où, il ne sait comment, dans une forêt hantée qui plus est. Et sa destination ne l'attend plus depuis 3 ans. Oui, tout ceci n'a aucun sens. Il se relève vivement, agacé. Qu'est ce qui lui a pris de vouloir juste essayer ? C'était impossible dès le début. Il shoote dans le tronc d'arbre et cela lui arrache un grognement de douleur. Il se
retourne vivement, empoigne sa valise et... aperçoit une immense forme mouvante dans les sous-bois.

-"AAAAAAH !"

*le fantôme !*
songe t-il immédiatement, apeuré. Le garçon saute sur ses deux pieds, et cours comme un possédé. Arrivé à l'orée du bois, il s'arrête net. Il a entendu un sorte de... grognement ?

*impossible... non ??*

Nathanaël se retourne et recommence son chemin à l'envers, clopin-clopant car son
pied le fait toujours souffrir. Il se traite d'imbécile tout le long du chemin. Ce ne peut pas être un esprit maléfique, sinon le talisman chinois de sa mère aurait réagit. Quelque chose de gros et qui
grogne... Un dragon !
Wen n'en croit pas ses yeux. Un immense dragon rouge l'attendait, une lueur qui semblait amusée dans le regard. Dès qu'il le vit, Wen s'agenouilla. Les Dragons impériaux étaient des êtres divins et sacrés dans la Chine magique et dans la Chine tout cours d'ailleurs. Le Dragon sembla encore plus amusé. Puis il resta immobile, le fixant d'un regard pénétrant de ses yeux d'ambre. Le jeune chinois compris qu'il était censé monter sur son dos.


*Non, c'est impossible ! Je ne peux pas monter une créature sacrée comme une vulgaire bestiole !!* songea
t-il, scandalisé. Le regard du Dragon se fit plus insistant encore. Wen déglutit difficilement, et s'avança timidement vers l'imposante créature.


"-Heu... Bon... Bonjoul, maîtle dlagon" dit
Nathanaël en français tout en se demandant si le Dragon comprenait le chinois. Sans doute. Après tout, ses créatures étaient, selon la légende, toutes venues de Chine, non ? Mais Wen préférait ne pas tenter le sort en incommodant la créature sacrée en baragouinant dans une langue qu'elle ne comprenait pas. Le garçon pris une grande inspiration, et grimpa sur le dos du Dragon. Il grimaça en voyant la hauteur à laquelle il était. Wen avait toujours eut un peu le vertige.


*Hé bien, ce voyage risque d'être bien peu commun* songea l’adolescent. Étrangement, il trouvait cette position bien confortable. Et il voyageait à dos d'une créature sacrée ! Rien ne pouvait être plus
enrichissant !
Le Dragon décolla. Le garçon ferma les yeux, terrorisé. Il s'accrocha péniblement au dragon, avant de se rappeler
qu'il s'agissait d'une créature sacrée et de rougir de honte. Il baragouina un petit :


" wǒ hěn bào qiàn ! " (hj: traduction : je suis désolé !) avant de se mordre la lèvre inférieure. Dans sa panique, il avait oublié de parler Français à la créature sacrée ! Il se demandait qu'elle allait être la réaction du
Dragon. Il craignait le pire, mais quelle ne fut pas sa surprise quand ce dernier lui répondit :


-"zhè méi shěn me bù hǎo" (traduction : il n'y a pas de mal) avec un accent parfait ! Il poussa un soupir de soulagement. Pendant le reste du voyage, Wen ne parla pas. Il observait le magnifique paysage tout en laissant un flux d'émotion étranges le submerger.Il était à la fois heureux et malheureux, confiant et terrifié. Il pensait bien être sous la protection du bouddha pour avoir put voir Feng avant son départ et voir le dragon. Celui-ci l'avait-il d'ailleurs attendu pendant 3 ans ? Non, il ne pensait pas. D'ailleurs, il s'en serait voulu d'avoir obligé une
créature sacrée à l'attendre dans le froid. Le voyage passa à unevitesse effarante. Au bout de ce qui lui semblait quelques minutes, une belle et singulière petite île apparu dans son champ de vision.


"zhēn qí tè !" (hj : c'est singulier !) dit-il
pour lui-même. Le dragon atterrit sur le sable fin. L’adolescent descendit, traînant difficilement ses lourds bagages. Il dit au revoir au dragon et le remercia avec ferveur, qui le salua à son tour et repartit. Nathanaël le regarda s'éloigner au loin jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un petit point à l'horizon. Puis, il huma l'air marin, un
immense sourire aux lèvres. Il était arrivé à Eleus Théria !

-*Hmm... maintenant je fais quoi ?* se demanda le garçon. Il regarda à droite, à gauche, et son attention fut attirée par deux silhouettes au loin. Il sauta sur ses pieds, couru et cria :


"Escusez moi ! C'est bien Eleus Thélia ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Sam 5 Nov - 13:29

La fée n'était pas innocente dans le domaine de l'amour : elle avait inventé le principe. Aussi ne fut-elle pas surprise de la réaction du garçon à son approche. Sa maladresse l'attendrit.

**Aah ! Sont-ils mignons ces enfants découvrant les affres du cœur !** songea-t-elle sans se départir de son sourire maternel.

Le garçon sembla pourtant retrouver suffisamment d'aplomb pour faire bonne figure et se présenter.

A l'écoute de son titre, Niamh sentit ses yeux verts s’expulser hors de leurs orbites ! Un maître dragon ? SACRILÈGE !... Mais quel drôle de monde ! Cependant, le garçon possédait donc la qualité d'un haut personnage, un maître mage chevalier dragon ! Elle en était impressionnée !

Aussi s'inclina-t-elle d'une profonde révérence, élégante et aérienne, toute en grâce féerique.

"Il m'est un honneur de rencontrer un garçon aussi prometteur, maître."

Et il lui fit remarquer qu'elle avait mis son vêtement à l'envers.
Niamh se regarda, mais au même moment, courut vers eux un second adolescent profitant d'un éclairci.

"Vous êtes bien ici à l'école d'Eleus Théria, mon enfant, lui dit-elle comme si elle était beaucoup plus âgée qu'eux. Suivez-moi donc ! Je vais vous amener au chaud ! Vous allez attraper la mort, maître dragon, trempé comme vous l'êtes par ces eaux !"

La pluie, elle, ça n'avait pas eu l'air de la déranger. En fait, jusqu'à ce que l'averse cessât, il semblait que les gouttes l'évitaient, préservant la souplesse de sa chevelure d'or.

Elle se tourna et les invita d'un geste à la suivre.

Au passage, elle se rappela des convenances et se présenta :

"Mon nom est Niamh, enchantée !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Sam 5 Nov - 21:51

Après son arrivée douce amère sur le sol de l'île-tortue, Michel était heureux de rencontrer quelqu'un d'aussi accueillant que Niamh. Heureux, et pourtant déstabilisé. Il ne savait que penser de la jeune fille aux cheveux d'or. Elle savait la magie, à n'en pas douter, car la pluie elle-même s'écartait de son corps pour ne pas la mouiller. Elle avait aussi des façons anciennes, des tournures heureuses qui rappelaient l'ancien parler françois, ce qui ne pouvait que plaire à Michel dont l'éducation avait été assez traditionnelle. Et puis sa beauté ne pouvait manquer de s'imposer au jeune homme, la beauté d'une jeune fille du même âge que lui, une beauté exquise et chargée de promesses futures comme ces roses dont le bouton seul est charmant mais prédit la plus belle et la plus capiteuse des fleurs.

Alors pourquoi ce malaise ? Bien sûr, le jeune homme avait été tenu à l'écart de la gent féminine, et il ne pouvait nier que la grâce délicieuse avec laquelle elle se mouvait causait en lui un trouble indéfinissable, mais après tout ce trouble délicieux était plus que bienvenu. Peut-être était-ce cette attitude de protection presque maternelle qu'elle avait pour lui, une attitude qui aurait mieux convenu à une personne plus avancée en âge. A moins que ce ne fût cette absence d'élégance étrange qui aurait pu faire douter de sa raison et dont pourtant elle ne semblait pas se préoccuper. Ou peut-être le fait qu'elle semblait le traiter comme quelqu'un d'important alors qu'il n'était qu'un élève.
Tout cela donnait à Michel l'impression qu'elle n'était pas vraiment ce qu'elle prétendait être, pas seulement une jeune fille de seize printemps un peu étrange. Elle cachait quelque chose. Elle était donc dangereuse, à un titre ou à un autre.

Pourtant, il n'arrivait pas à la considérer d'un œil froid. L'homme est peut-être ainsi fait qu'il prête les meilleures intentions du monde à qui a l'apparence de la beauté innocente, quand bien même sa raison tente de l'alerter sur les dangers qu'il encourt.

Lorsqu'elle l'appela Maître, il eut un mouvement pour lui faire remarquer que le Maître des Dragons était le titre de son père et non le sien, mais il s'arrêta. Après tout, si cela pouvait un peu rétablir l'équilibre entre elle et lui, il ne voyait pas ce demi-mensonge d'un si mauvais œil.
L'arrivée d'un jeune homme à l'allure asiatique lui fournit d'ailleurs un excellent prétexte pour ne pas dissiper le malentendu. Michel laissa la jeune fille accueillir le nouvel arrivant puis il s'avança vers le jeune homme en lui tendant une main ferme et directe. Dire que sa poignée de main était amicale serait exagéré, eût égard au visage aussi froid qu'à l'ordinaire du jeune homme, mais elle était franche et sincère.

« Bonjour. Je suis Michel Sangdragon. Je viens du bout du monde suivre les cours de cette école. Je suis arrivé aujourd'hui. Enchanté de faire ta connaissance. »

Toujours la politesse comme une barrière entre lui et les autres. Une armure. Une protection.
Mais déjà il était l'heure de repartir, l'étrange demoiselle aux cheveux d'or donnait le signal du départ, en le justifiant de manière encore très protectrice.

« Si j'attrape la Mort, damoiselle, », ne put-il s'empêcher de répondre avec un sourire sardonique, « elle passera un sale quart d'heure. »

Mais l'heure n'était plus aux fanfaronnades. Il fallait se mettre en route. Michel entreprit donc de charger sur son dos son énorme sac marin qui contenait livres et vêtements et le dépassait de deux têtes. Il prit dans une main son étui à guitare sur lequel était solidement scotchée une épée à garde de dragons au fourreau, et dans l'autre main une sorte de petit coffre au trésor qui semblait bien lourd. Un sorcier aurait pu s'étonner de ne pas voir de balai dans tout cet attirail...
L'ensemble devant bien peser quarante kilos, le jeune homme plia un instant sous le poids mais se releva, ajusta l'équilibre du sac sur ses épaules et vint se placer derrière Niamh. Aucune plainte ne sortit de sa bouche, mais le froncement de ses sourcils disait assez combien la marche allait être pénible pour lui, malgré ses larges épaules.

« C'est un plaisir pour moi de vous rencontrer, damoiselle Niamh », répondit-il à leur hôtesse. Et c'était là la pure et simple vérité.

Préférant garder son souffle pour le trajet, Michel s'en tint là et emboîta le pas à la jeune elfe à travers les chemins de la forêt, et fit de son mieux pour éviter de trébucher sur une racine, de se laisser emporter par le poids de son chargement, ou bien de regarder avec trop d'insistance leur guide dont la démarche aérienne procurait un point de vue plus agréable que tous les enchantements tropicaux qui adornaient l'île d'une luxuriante parure végétale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Sam 5 Nov - 22:54

Nathanaël, essoufflé, venait enfin d'atteindre les deux silhouettes qu'il avait aperçues."Vous êtes bien ici à l'école d'Eleus Théria, mon enfant" lui dit une jeune et jolie jeune femme. Nathanaël la remercia d'un hochement de tête, il n'avait pas encore assez retrouvé son souffle pour parler. Les yeux de Nathanaël glissèrent sur les étranges vêtements de la jeune beauté qui l'avait appelé "enfant" alors qu'ils semblaient sensiblement du même âge. Quel était cet accoutrement ridicule ? Le sens esthétique de Wen l'obligea à froncer des sourcils. Il s'empêcha tout de même d'observer plus longtemps la jolie fée. Il n'imaginait même pas la colère et la jalousie que Feng ressentirait si elle savait qu'il allait être accompagné par une si jolie créature. Le jeune chinois détourna donc la tête; comme si de rien n'était, se remémorant sa promesse.

Son regard se posa donc sur l'unique autre personne présente, qui était, fort heureusement pour lui, un garçon. Le garçon en question lui tendit soudainement la main. Nathanaël eut un mouvement de recul. Voulait-il le frapper ? Le jeune chinois mit quelques minutes à se rappeler que c'était la façon correcte de se présenter dans les Pays occidentaux

*Ah, c'est bizarre quand même*


songea t-il, et attrapant maladroitement la main du grand adolescent et en laissant l'autre diriger la poignée de main. Il retira vite fait sa main dès qu'il en eut l'occasion. Les pratiques de ses hommes étaient vraiment étranges. En Chine, il avait appris à saluer les autres en s'inclinant plus ou moins profondément selon le grade de la personne en face de lui. Et il préférait largement cette façon de procéder. Serrer les mains, ce n'était pas pour lui...

« Bonjour. Je suis Michel Sangdragon. Je viens du bout du monde suivre les cours de cette école. Je suis arrivé aujourd'hui. Enchanté de faire ta connaissance. »

*du bout du monde ?*
songea Nathanaël, interloqué. *C'est où ça ?*

Le garçon répondit d'une voix glaciale et sans refléter la moindre émotion, comme son maître lui avait appris. Il lui avait sans cesse répété : a ta première rencontre avec quelqu'un, soit froid, presque antipathique ! Il ne faut pas qu'un inconnu puisse voir tes faiblesses ! Il respectait donc depuis toujours ces conseils à la lettre.

-"Et moi Nathanaël. Nathanaël ou Wen Xiao Hua. Et avant de venil ici, j'étais à la lián huā zhōng xué. Une école de magie chinoise"
précisa t-il. Il ne savait pas pourquoi il avait dit cela, même si ce n'était pas à proprement parler un mensonge. Après tout, il avait été à la lián huā zhōng xué jusqu'à ses 8 ans. Mais depuis, nada. Peut-être faisait-il cela pour se donner une contenance face à ce garçon qui semblait bien éduqué et fort en magie, en sport, et tout ça ?

"Vous êtes bien ici à l'école d'Eleus Théria, mon enfant, Suivez-moi donc ! Je vais vous amener au chaud ! Vous allez attraper la mort, maître dragon, trempé comme vous l'êtes par ces eaux !" "Mon nom est Niamh, enchantée !"

Le jeune homme emboîta le pas de la Fée, tout en la remerciant et lui répondant un vague "enchanté aussi". Puis s'immobilisa net, ouvrant des yeux ronds, se tournant vers Michel :


-"A... Attends.. tu es un maîtle dlagon ? Bù kěnéng de !"(traduction = impossible !)

Nathanaël rougit. Dans sa confusion, il avait finit sa phrase en chinois. Mais il fallait dire qu'il y avait de quoi être choqué. Il y avait une immense rivalité historique datant d' il y a si longtemps qu'on ne connaissait plus la date précise entre les maîtres dragons occidentaux et les sorciers chinois. Les maîtres de Wen lui avaient appris à détester les maîtres dragons occidentaux "même s'il n'en restait plus qu'un" leurs avaient t-il précisé. Le jeune homme ne se rappelait plus très bien de l'histoire, mais il savait qu'il s'agissait d'une histoire de complot ou il ne savait plus quoi. Il n'avait que 7 ans à l'époque, il ne s'en rappelait plus trop.

Il jeta un regard teinté de peur à Michel. Allait-il le tuer ou le provoquer en duel du fait de son ascendance chinoise ?

Non, il ne fallait pas exagérer non plus. Cette histoire avait peut-être bien existé, mais elle remontait à des temps immémoriaux. Ils étaient tout les deux jeunes, alors pourquoi se compliquer la vie avec des histoires remontant à bien avant même le Moyen-âge ? Être rancunier à ce point était ridicule, songea Nathanaël, en pensant à ses maîtres.

Il reprit donc sa marche comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Dim 6 Nov - 13:50

La fée s'arrêta, puis se retourna pour s'assurer que ses deux compagnons la suivaient. Elle observa donc le maître dragon porter son lourd et encombrant paquetage sans faiblir. Intéressant spectacle pour une belle dame telle qu'elle. Un discret sourire énamouré étira un instant ses lèvres soyeuses. Mais la maladresse de Michel devant le beau sexe lui était encore plus digne d'intérêt. Sûre qu'elle gardera un œil sur les prochains émois amoureux du jeune homme.

Cependant, la déclaration de Michel concernant la Mort partagea Niamh entre amusement face à sa confiance en lui, et agacement devant cette arrogance.

Dans son monde d'origine, nul ne pouvait prétendre défier la Mort, ni les Hommes, ni les Dieux, pas même les Fées qui en protégeaient le secret. Alors, elle sourit à Michel, minaudant une soudaine rougeur aux joues face à cette assurance virile. La dame de Brocéliande était certaine que ce petit effet saurait déstabiliser le garçon.
Elle remarqua ensuite l'épée accrochée à un bagage. Un maître dragon accompli, mais un chevalier et un mage en devenir, un garçon à éduquer.

Son regard vert se déporta ensuite sur Nathanaël qui semblait observer une réserve de rigueur toute asiatique qu'elle reconnut parfaitement. Il lui parut tout à coup nerveux lorsque Michel se présenta comme un maître des dragons. Cette soudaine nervosité fut incompréhensible à Niamh. Elle haussa un fin sourcil blond en les surveillant.
De plus, Nathanaël parla de magie chinoise. Niamh avait bien roulé sa bosse à travers son monde d'origine. Elle avait eu l'occasion de côtoyer une magicienne asiatique. Aussi profita-t-elle du sujet pour leur faire la conversation tout en reprenant sa route.

Elle avait cependant ralenti pour se placer entre eux d'eux. Une jeune fille ne marchait jamais devant les hommes qui l'accompagnent et devait se confier à leur protection.

La forêt tropicale semblait s'adoucir au passage de la jeune fée. Elle évitait les racines sans un regard, elle frôlait les feuilles grasses des arbres ruisselant comme une brise caresse une peau tendre.

"La magie asiatique exploite la dynamique du yin et du yang, c'est bien, cela, Nathanaël ?" lui demande-t-elle avec un ton incertain afin de l'encourager à s'affirmer par l'exposé de ses connaissances.

Contrairement à son attention envers Michel, Niamh n'utilisait pas le terme "maître" pour Nathaneël, car, si elle croit Michel comme un maître dragon accompli, elle savait que Nathanaël était encore apprenti mage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Dim 6 Nov - 15:26

Malgré l'opinion que semblaient avoir de lui ses deux compagnons de route, Michel n'était pas un Maître des Dragons, même s'il aspirait à en devenir un. Et,en vérité, y aspirait-il vraiment à cette destinée ? Il ne s'était même jamais posé la question. Oh, ce n'était pas tant la décision de son père qu'il respectait en suivant ce chemin âpre et difficile, mais plutôt son sens du devoir. Un jour, quelqu'un, quelque part, aurait besoin de lui. Et, ce jour-là, il voulait pouvoir être là.
Mais aujourd'hui, il n'était encore qu'un chevalier, bien loin d'un Maître. Bien qu'il en coutât un peu à son orgueil de jeune homme, il se devait de rétablir la vérité auprès des autres afin qu'il ne lui soit pas octroyé d'honneurs indus.

« Je ne suis pas Maître des Dragons. » répondit-il à Nathanaël, suffisamment clairement pour que Niamh l'entendît aussi. « C'est mon père qui porte ce titre. Il est le dernier. Je porterai ce titre moi aussi un jour si je survis à mon entraînement et que je prouve ma valeur. Pour l'heure, mon titre est celui de Chevalier des Nuées. »

Il aurait été fastidieux d'entrer dans les détails de préséance et de titres, toutes choses auxquelles son père était profondément attaché, tout comme à l'héraldique ou à la préservation des légendes familiales, mais qui n'intéressait personne d'autre que lui, dernier représentant d'un Moyen-Age depuis longtemps révolu et qui n'avait plus guère pour les autres que le charme suranné d'un passé romantique.

La réaction de Nathanaël ne lui avait pas échappée, pourtant. Il ne comprenait pas le chinois, qu'ils soit mandarin, cantonais, ou d'ailleurs, mais il décelait l'embarras du jeune homme face à ce titre.
« C'est un problème pour toi ? » demanda-t-il franchement à Nathanaël. Pas de trace d'agressivité ni d'arrogance dans cette question, simplement Michel aimait à savoir où il mettait les pieds : si le chinois devait être son ennemi ici, il préférait le savoir tout de suite. Michel, lui, ne cherchait pas d'ennemi. Ni d'ami. Ni d'amour. Ni rien d'autre que la puissance que donne le savoir. Mais on trouve souvent ce que l'on ne cherche pas.

Ils marchaient à présent le long du sentier. Niamh s'était placée entre eux deux, simplifiant du même coup les problèmes de champ de vision de Michel. Il n'avait plus qu'à se concentrer sur sa route, car si les végétaux faisaient place à la jeune fille, ils n'avaient pas tant d'égards pour lui. Marchant en bordure du sentier, il avait donc à faire à une portion de chemin moins égale sur laquelle les racines et les cailloux semblaient se plaire à semer des embûches.

Les courroies de son sac lui sciaient les épaules, et il ne pouvait pas les réajuster sans poser le reste de son chargement et donc ralentir le groupe. Il n'en était pas question. Tenir sans se plaindre malgré la souffrance. Il l'avait toujours fait. C'était devenu une seconde nature. Et puis... il avait connu bien pire.
Ses pensées dérivèrent ailleurs, délaissant les protestations de son corps. A côté de lui, Niamh parlait avec le chinois des formes de magie asiatique. La voix claire et musicale de la jeune fille le ramena quelques minutes en arrière.

Pourquoi avait-elle rougi tout à l'heure ? Il n'y avait nulle bravade, nul orgueil, nulle arrogance dans les paroles qu'il avaient dites, dans son défi à la Mort.
Il savait qu'un jour il devrait l'affronter, comme tout un chacun. Ce serait son dernier combat. Il savait que ce combat pouvait avoir lieu à chaque instant. Mais à chaque instant il y était prêt. Et, oui, en vérité, il se battrait contre elle de toutes ses forces, dernier combat perdu d'avance mais qu'il mènerait comme les autres tout de même : sans jamais renoncer.
Alors pourquoi avait-elle rougi ? Lui avait-il fait peur ? Il faisait souvent peur. Les gens avaient souvent peur de la Vérité toute nue. Ils préfèraient l'habiller de mensonges convenus. Ils appelaient cela de la pudeur. Lui, de la lâcheté.
Et pourquoi se posait-il ces questions ? Pourquoi s'inquiéter de son attitude ? Après tout, si elle voulait rougir de sa franchise, grand bien lui fasse. Qu'importait à Michel l'opinion de cette extravagante personne ?
Mais... si elle lui était si indifférente, pourquoi ses pensées le ramenaient-elles sans cesse vers la jeune fille aux cheveux d'or ?

Les sourcils froncés, il secoua sa crinière de cheveux fins et noirs. Il détestait sentir qu'il échappait à son propre contrôle. Il tenta de se concentrer sur la conversation entre Nathanaël et Niamh, renonçant même à demander si la route était encore longue, de peur que cela ne soit ressenti comme une plainte. Un pied après l'autre, encore et encore. Jusqu'au bout du monde s'il le fallait.
Par contre, il n'était pas interdit de demander le but de leur voyage.

« Où allons-nous ? » demanda-t-il au milieu de la discussion sino-elfique sur la magie orientale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Lun 7 Nov - 18:57

« Je ne suis pas Maître des Dragons. C'est
mon père qui porte ce titre. Il est le dernier. Je porterai ce titre
moi aussi un jour si je survis à mon entraînement et que je prouve ma
valeur. Pour l'heure, mon titre est celui de Chevalier des Nuées.
»

Nathanaël haussa les épaules. Qu'il soit Maître des Dragons ou qu'il désire l'être n'avait pas d'importance aux yeux de l'adolescent. Dans sa tête, il n'y avait pas de différence.

« C'est un problème pour toi ?

Nathanaël frémit devant la question. Quel malpoli ! Enfin, on ne posait pas ce genre de questions de but en blanc ! Mais où croyait-il vivre, celui là ? Dans le monde irréel de sa toute puissance ?
Cette façon qu'avaient les occidentaux en général de tout dire aussi franchement et sans réfléchir avait quelque chose le désarçonnait quelque peu. Enfin, il ne pouvais rien y faire. Et c'était lui l'étranger, donc à lui de s'adapter. Le garçon fronça ses fins sourcils noirs. Il ne devait pas montrer au garçon qu'il avait été énervé par son comportement. Il n'empêchait que la suffisance qui émanait de lui et de ses paroles pompeuses avaient de quoi l'embêter. Mais cela venait sans doute de son Maître Dragon de père. Et on ne pouvait pas critiquer quelqu'un pour son éducation. De plus, il n'avait rien contre les Maîtres Dragons personnellement. Le garçon répondit d'une voix qu'il voulait amicale, mais qui, pour les auditeurs, semblaient aussi froide que d'habitude :

"-Pour moi, non. Mais pour mes ancêtles, si. Je suis désolé si je t'ai offenser. "

Nathanaël fit une petite courbette à l'attention du garçon avant de se rappeler que cela ne se faisait pas en France et de détourner le regard, espérant ne pas s'attirer une moquerie de l'occidental.
La jolie Niamh vint se placer entre les deux garçons. Tant mieux. Cela faisait une source de tension en moins.

"La magie asiatique exploite la dynamique du yin et du yang, c'est bien, cela, Nathanaël ?"

Nathanaël, qui était occupé à ne pas se prendre des racines dans les pieds, releva vivement la tête. Il ne s'attendait sûrement pas à que la fée s'intéresse à lui avec quelqu'un d'aussi prestigieux qu'un futur Maître Dragon à ses côtés.
Il se racla la gorge, puis d'une voix égale-même s'il était assez nerveux-expliqua :

"-Oui, effectivement. Nous utilisons la dynamique du ying et du yang afin de chelcher l'halmonie suplême. Cette magie est basée sur le fait que tout dans ce monde est sépalé en deux. Ce selait tlop long à expliquer en détail, mais disons que cette magie est fondée sur quatle plincipes : l'opposition, l'inteldépendance, la Cloissance et décloissance, et pour finil la tlansfolmation.
Mais ce n'est pas tout, nous utilisons aussi not
le chakla pour puiser la force de faile de la magie dans notle corps et dans la natule qui nous entoule. Poul pouvoillancer le solt de notle choix, nous avons besoin d'un catalyseul magique. Voici le mien."

Nathanaël montra son bracelet bouddhiste. Puis repris son souffle. Il avait dis tout cela d'une traite. Cet affreux accent chinois rendait la discussion compliquée. Même si Feng disait que cela était mignon, il ne pensait certainement pas que cela allait être l'avis de ceux là. Pensant qu'il avait importuné la fée, il allait s'excuser quand le Chevalier des nuées ou il ne savait plus quoi dit:

-"« Où allons-nous ? »

Nathanaël jeta un regard interrogateur à la fée, attendant sa réponse.


Dernière édition par Nathanaël Xiao Hua le Mer 9 Nov - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Lun 7 Nov - 19:59

La Floralière sourit à Nathanaël tandis qu'il lui expliquait. Il était rassurant de constater que certaines philosophies magiques ne changent pas d'un monde à l'autre.

Lorsque le jeune Chinois lui présenta son bracelet de prière bouddhiste, elle l'examina avec intérêt.

"J'ai connu une magicienne japonaise qui en avait un, elle aussi," dit-elle pour alimenter la conversation.

Mais elle n'eut pas le loisir de continuer, car le second jeune homme s'enquérait de leur destination. Tournant son visage vers lui, Niamh étira son sourire et pointa une direction.

"Je vous mène à la maison-oeuf, chez dame Anietta. C'est chez elle, si j'ai bien compris, que de nouveaux élèves tels que vous deux se rendent une fois arrivés à Eleus Théria. Ce n'est plus très loin. Grand-mère Anietta saura répondre à vos questions concernant cette île et son école."


Elle les regarda l'un après l'autre, sans perdre son sourire bienveillant.

"Vous avez toujours voulu devenir magiciens ?" leur demanda-t-elle soudain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Lun 7 Nov - 20:46

La réponse du jeune chinois fit froncer les sourcils à Michel. D'abord il avait semblé surpris par le titre de Maître des Dragons, maintenant il venait lui dire que c'était un problème pour ses ancêtres... Le jeune homme se demanda un instant qu'est-ce qu'il avait bien pu faire à des gens qui étaient morts aujourd'hui et qui avaient vécu de l'autre côté de la planète. Mais il sentait confusément qu'aborder ce genre de sujet n'aurait pas vraiment orienté la conversation de manière agréable. Il se contenta donc d'une réponse simple, franche et directe, sans trop de fioritures, comme à son accoutumée.

« Aucune offense. Chacun a le droit à ses opinions. Et c'est bien si je suis pas un problème pour toi. »

A dire le vrai, Michel ne voyait pas ce qui aurait pu l'offenser dans la remarque de son condisciple mais, là encore, il pensait qu'il valait mieux ne pas poser la question et s'en tenir là sur ce sujet qui aurait pu s'avérer épineux.

Le jeune homme se renferma donc dans sa bulle personnelle, écoutant d'une oreille le discours plein de mots abscons du chinois. Michel n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait être un catalyseul ou un chakla, mais lui, il avait l'air de savoir. C'était donc un magicien déjà bien expérimenté. Michel soupira. Évidemment, avec toutes ces années gâchées au château, il fallait bien qu'il s'attende à voir des élèves plus jeunes que lui et bien meilleurs que lui en magie. Il valait mieux donc laisser la jeune fille et l'asiatique discuter technique et ne pas se mêler de la conversation. Comme le dit le dicton : mieux vaut se taire et risquer de passer pour un imbécile plutôt que parler et d'enlever tout doute à ce sujet.

C'est donc le regard fixé sur la route à parcourir que Michel continua son chemin en compagnie des autres, incapable, du fait de son incompétence en matière de magie, d'alimenter un tant soit peu la conversation.
L'annonce par la jolie Niamh que leur but n'était plus très loin rendit un peu de courage à l'apprenti sorcier. Voilà qui faisait plaisir à entendre. D'ailleurs, il pouvait voir la maison d'ici, ils y seraient bientôt. Rajustant son sac d'un coup d'épaules, Michel raffermit sa prise sur ses bagages en vue de la dernière partie de leur petit périple.
L'endroit s'annonçait accueillant, avec même une grand-mère. Tout semblait si familial et si paisible, ici. Le regard de Michel erra un instant sur les pentes verdoyantes du volcan. Une invitation à l'indolence, sans doute. Il devrait y veiller. Mais il n'y avait pas de mal à profiter d'un si beau paysage.

La question de Niamh sur leur vocation magique le prit par surprise. Il avait réussi à trouver un rythme de marche qui lui convenait et il comptait bien s'y tenir jusqu'à la maison œuf, mais la question de la jeune fille aux cheveux d'or le déstabilisa. Ou peut-être était-ce son sourire, qui sait.
Comme toujours, la réponse de Michel fusa, droit au but et sans périphrases.

« On ne m'a jamais demandé mon avis. » dit-il simplement. Et c'était là la pure vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Mar 8 Nov - 20:26

« Aucune offense. Chacun a le droit à ses opinions. Et c'est bien si je suis pas un problème pour toi. »

Wen soupira. Au moins n'allait-il pas le provoquer en duel. Il aurait très certainement perdu au bout de trois secondes, au vu de la lourde épée du garçon.


"J'ai connu une magicienne japonaise qui en avait un, elle aussi,"


Nathanaël eut un immense sourire. Savoir que la fée connaissait une magicienne asiatique -même s'il n'appréciait pas trop les Japonais en général, pour des raisons purement historiques- lui mettait du baume au cœur. Au moins, ils auraient un petit quelque chose en commun.

"Je vous mène à la maison-œuf, chez dame Anietta. C'est chez elle, si j'ai bien compris, que de nouveaux élèves tels que vous deux se rendent une fois arrivés à Eleus Théria. Ce n'est plus très loin. Grand-mère Anietta saura répondre à vos questions concernant cette île et son école."


Les fins sourcils noirs du garçon se froncèrent. Une grand-mère ? Il y avait donc une grand mère dans cette école ? Il n'avait jamais connut ses grands-parents, sa mère s'étant enfuie de chez elle très jeune et les parents de son père étant décédés deux ans après sa naissance. Il n'avait donc jamais côtoyé cette "catégorie" de la population. Il se demandait ce que c'était, une grand-mère. En fait, il n'en avait pas la moindre idée et ne s'était jamais posé la question. Il aperçut la fameuse "maison œuf" non loin de là. Ils étaient donc presque arrivés. Revigoré, le jeune chinois repartit de plus belle.

"Vous avez toujours voulu devenir magiciens ?"

La question pris le garçon au dépourvu. Il laissa l'autre garçon répondre, puis lâcha à son tour :

-"Hé bien... Mes ancêtles étaient les conseillers de la coul impéliale de la dynastie Qing et ils maîtlisaient la magie mieux que personne. Je devais donc devenil magicien, et un bon, pour pléselver l'honneul de ma famille. L'honneul de ma famille plime sur toutes autles choses, donc je n'y ait même pas léflechit.
"


Il essayait de garder une figure impassible, mais on voyait la fierté rayonner sur le visage de l'adolescent lorsqu'il parlait de ses ancêtres. En effet, il était très fier de ses origines. Après tout, qui ne l'aurait pas été d'être le descendant de la lignée de ceux qui avaient été les plus célébres magiciens de Chine ? Même si le pouvoir de ses magiciens était totalement oublié et jeté aux oubliettes aujourd'hui... D'ailleurs, d'habitude, il évitait de trop en parler. L'histoire de la chute de sa famille n'avait rien de très plaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 11:29

Les réponses des deux garçons eurent le don d'étonner comme de désappointer la fée.

"L'un qui le devient parce qu'il n'a pas le choix, l'autre pour faire honneur à ses ancêtres... J'espère que vous parvenez tout de même à penser par vous-mêmes, et à mesurer l'importance du pouvoir que l'on vous remet entre les mains..." soupira-t-elle, soudain frappée de mélancolie.

Ses paroles étaient dures, elle en avait conscience et elles étaient justement là pour provoquer une réaction... un réflexe de sa nature à dire haut et fort son avis. Cependant, il n'était pas son rôle ici d'éduquer l'âme de ces enfants.

"J'espère que l'on vous l'enseignera entre les murs de cette école... Les responsabilités qui vous incombent par le pouvoir que l'on vous confie..."


La magie... le pouvoir corrompt les mortels. Il leur donne trop d'assurance, il leur fait perdre de vue les valeurs morales, la préciosité même de la vie. Niamh se souvint des horribles œuvres que la magie apporte entre les mains d'une âme corrompue par l'ambition. Même ici, les mages noirs existaient. Noblesse oblige... voilà une difficile, mais nécessaire leçon que leur chevalier avait appris dans la douleur.

Mais voilà que la maison-oeuf de grand-mère Anietta découpait sa jolie silhouette accueillante entre les arbres. Niamh leur sourit.

"Vous voilà arrivés, jeunes gens !"

Elle les dépassa et se retourna vers eux, bras derrière le dos, elle les tendit de chaque côté. Ses pieds se soulevèrent du sol tandis qu'une lueur dorée l'enveloppait à mesure que résonnait son rire cristallin.

"Réfléchissez à mes paroles, s'il vous plaît. Pourquoi voulez-vous être mages ?"

**Ce n'est pas mon rôle en ce monde... mais je ne peux pas m'en empêcher !**

Un flash lumineux, et POUF ! Plus personne...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 13:54

Les mots de la jeune fille cinglèrent l'esprit de Michel. Probablement parce qu'il ne s'attendait pas à ce qu'une jeune fille si gentille se révèle être finalement aussi sévère qu'une adulte. L'illusion de bienveillance et l'aura de douceur de l'elfe disparurent dans ses yeux.

Elle n'avait pas tort, sans doute, pas entièrement en tout cas. Depuis longtemps Michel savait qu'il aurait des responsabilités. Depuis son enfance, on ne lui parlait que de cela. Toute sa vie était organisée autour de ses responsabilités futures. Même ce savoir magique qu'il venait apprendre sur l'île tortue n'en était qu'une facette, qu'une autre arme à mettre au service de ces damnées responsabilités. Servir. Être là pour le jour où l'on aurait besoin de lui.

Pourtant, Niamh avait soulevé le problème qui agitait le cœur de Michel depuis longtemps : et lui dans tout ça ? Quand est-ce qu'il avait jamais eu le temps de penser à lui ? Savait-il même ce qu'il voulait, ce qu'il désirait, ou simplement ce qu'il aimait ? Jamais on ne lui avait laissé l'occasion de le découvrir ou de l'explorer. Le travail, le devoir, les responsabilités, c'était là tout son univers. Même lorsqu'il évoquait l'amour, c'était dans son esprit pour se marier et continuer la lignée des Maître des Dragons, parce qu'il devait en être ainsi. Alors lui... Quelle importance pouvait-il bien avoir ? Aucune. La réponse était désagréable et désespérante à plus d'un titre.
Seule comptait la mission dont il serait investi un jour, une mission que seul son père respectait encore.
Son père... Les autres le craignaient quand il était là, ou le méprisaient quand il était loin. Il n'était plus qu'un agent spécial au service du Ministère qui l'appelait quand on avait besoin de lui, et qui le laissait croupir au fond de son manoir et de sa galerie d'ancêtres entre deux combats.

Alors... qu'est-ce qui pouvait bien motiver Michel pour prendre la suite de cette lignée en déshérence ? Parce que l'espoir d'un jour avoir à sauver une jolie princesse des griffes d'un méchant dragon pour qu'elle tombe amoureuse de lui et qu'elle l'épouse et qu'ils fassent plein de petits Maîtres des Dragons, c'était assez mince comme raison... Assez puéril. Idiot en fait.
Alors pourquoi ? Qu'est-ce que LUI, il avait envie de faire ? Bonne question. Tellement bonne que Michel sentait qu'elle risquait de remuer un peu trop de choses dans sa vie et qu'il valait mieux ne pas trop y réfléchir sous peine de devoir se rendre compte que sa vie était vide, sans but, sans intérêt, solitaire et froide et de tout envoyer balader. Mais pour le remplacer par quoi ?

Fort heureusement, la jeune elfe ne leur laissa pas le temps de répondre. Elle disparut, sans même un au revoir, dans un rayon de lumière dorée et un rire charmeur. C'est à ce moment que Michel commença à subodorer qu'elle était une elfe. Les dames elfes apparaissent dans votre vie, vous éblouissent par leurs charmes, puis disparaissent après vous avoir envoûté le cœur, vous laissant seul et riant de votre chagrin. C'est du moins ce que lui avait dit sa mère, pour le mettre en garde.

« Bon. » dit Michel en regardant Nathanaël, « On y est presque... »

Il reprit sa marche, ignorant de son mieux la douleur du sac sur les épaules, et une désagréable sensation de serrement dans la poitrine, comme un chagrin mal nommé.

« Curieux guide, quand même... » dit-il encore, comme une réflexion qui lui aurait échappée.

Encore quelques pas et ils seraient à la maison Œuf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 20:13

"Réfléchissez à mes paroles, s'il vous plaît. Pourquoi voulez-vous être mages ?"

Nathanaël leva un sourcil interrogateur. Qu'est ce que c'était que cette question ridicule ? Pourquoi voulait-il être mage ? Lui ? A vrai dire, il ne s'était jamais posé la question. ça avait toujours été une évidence. Dans sa famille, on naissait sorcier, on faisait des études de magie, et on devenait un grand mage. Point à la ligne. Alors, que cette si jolie fée lui pose cette question maintenant le désarçonnait un peu. Oui, pourquoi voulait-il être mage au fait ?

En fait, Wen connaissait déjà la réponse à la question. Oui, tout comme Michel, il n'avait pas eut le choix. C'était pénible à dire, mais là était la triste vérité.

Les yeux bridés du chinois observèrent la fée en silence. Puis, soudainement, elle disparut dans un flash de lumière. Le garçon cligna des yeux. Où était-elle passée ? Il jeta un regard désarçonné autour de lui. Il n'était guère habitué à voir la magie de ses créatures en actions. Il regarda en face de lui. La fameuse "maison-œuf" était très proche désormais.

« Bon. On y est presque... Curieux guide, quand même... »

Wen acquiesça. Il se retrouvait donc seul avec ce garçon, dont il ignorait tout à par que le sang qui coulait dans leurs veines respectives avait une horrible histoire en commun. Bref, rien de bien rassurant. Cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, malgré leurs passés malheureusement commun, il se sentait bien en compagnie du garçon. Il n'était pas trop bavard, ce qui permettait à Wen de pouvoir penser à sa guise sans être dérangé. Il n'avait pas fait de remarques désagréables sur son accent, et il lui en était reconnaissant. Cela signifiait qu'il n'était pas un petit *** comme les autres ado à qui il avait eut affaire. Oui, Wen n'avait rien contre la compagnie de Michel Sangdragon. On aurait presque put dire qu'il l'appréciait. Ce qui était bien contradictoire avec ce que ses maîtres lui avait enseigné. Mais peut lui importait. Il répondit :

-"Moui, c'est vlai. Plutôt étlange mais sympathique. Dis-moi..."

Il fit une pause dans sa phrase. Il ne savait pas si c'était une bonne idée de lancer ce sujet, d'autant qu'il n'y avait plus Niamh pour les retenir, mais il voulait absolument lui poser cette question.

"Sais tu poulquoi nos familles sont ennemies depuis la création du titre de Maître Dragon ?"

Oui, Nathanaël avait osé aborder ce sujet sensible. Mais il voulait la version du garçon. Pas celle avec laquelle son père et ses maîtres l'avait sermoné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 21:28

Ils étaient arrivés devant la maison œuf et Michel pouvait enfin poser ses valises sans avoir l'air de chercher à échapper à l'épreuve, et donc sans déchoir. C'est tout de même avec un réel soulagement qu'il posa ses bagages à terre et entreprit d'enlever le harnachement qui lui permettait de porter son sac marin et tout ce qu'il contenait.

Michel s'étira en arrière, fit jouer ses épaules musclées mais endolories, et prit quelques instants pour regarder autour de lui. La maison semblait proprette. Bien entretenue. On pouvait apercevoir au coin, si tant est qu'un œuf eût un coin, le départ d'un jardinet où semblaient pousser légumes et plantes aromatiques. Un jardin qui sentait la cuisine familiale. Un fin sourire vint sur les lèvres du jeune homme. Il y avait un tel jardin au château. Sa mère et ses sœurs l'entretenaient avec amour, tout comme le verger et les quelques pommiers en espaliers qui poussaient le long des murs lugubres de la forteresse et qui donnaient des pommes un peu acides dont elles faisaient des tartes qui savaient si bien agrémenter les goûters d'automne.
L'endroit semblait plaisant. Une grand-mère, un jardin potager... Peut-être quelques elfes de maison, qui sait ? C'était en vérité un endroit sympathique, du moins pour autant que Michel pouvait en juger. Et l'image de l’œuf ne pouvait que lui plaire.

Bien sûr leur guide était partie. Pourquoi était-elle partie ? Était-elle inconstante ? Ou bien avait-elle trouvé finalement qu'ils étaient sans intérêt ? Michel espérait qu'il n'avait rien dit de mal. C'était comme si elle avait paru fâchée qu'ils n'eussent pas vraiment de projets pour leurs études.
Oui, elle avait sans doute dû les trouver sans intérêt. Gamins, peut-être. Michel haussa les épaules : comment donner tort à cette jeune fille. Secouant la tête comme un cheval qui cherche à chasser un insecte importun, Michel tenta de se débarrasser de l'image obsédante de la jeune fille auréolée de lumière qui lui avait si forte impression, à son corps défendant.

Il jeta un regard sur le jeune asiatique qui était arrivé en même temps que lui. Il n'en avait jamais vu auparavant, mais il n'était pas d'un naturel particulièrement curieux. Nathanaël avait été ni plus ni moins froid que Michel, et n'avait pas cherché la bagarre. Il s'était même excusé une fois et, dans l'opinion de Michel, quelqu'un qui présente ses excuses quand il pense avoir commis une faute est quelqu'un de courageux donc de respectable. Et puis il avait fortement impressionné le jeune chevalier avec sa connaissance déjà bien établie de la magie et de sa théorie.
Michel avait donc une opinion assez favorable de Nathanaël jusque là. La question du mage chinois le prit donc au dépourvu.

« Eh bien... A dire vrai... » dit-il, se caressant la nuque d'un air ennuyé. « Je ne comprends pas de quoi tu parles. Ma famille n'a pas d'ennemi ancestral, et surtout pas de l'autre côté du monde... Je me demande si tu ne fais pas erreur quelque part.
Le titre de mon père, ce n'est pas Maître Dragon, mais Maître DES dragons. C'est un titre qui vient du Moyen-Age, quand il y avait beaucoup de dragons et qu'il fallait les combattre. Mais aujourd'hui, en Europe, il y en a tellement peu qu'il faut les mettre dans des réserves pour qu'ils se reproduisent. Il y en a une dans les Carpathes, par exemple, et une en Scandinavie. Alors, on n'a plus vraiment besoin de Maître Dragon, sauf les rares fois où il y en a un qui s'échappe et qu'il fait du dégât. Dans ces cas-là, mon père va le combattre. Mais ça n'arrive pas souvent. Il n'a donc pas de raison d'avoir des ennemis. Déjà qu'il n'a pas d'amis... 
»

Le jeune homme finit de se masser les épaules tout en continuant. Les dragons étaient à peu près le seul sujet de conversation dans lequel il se sentait à l'aise.

« Je me demande si tu ne parles pas d'un autre genre de Maître Dragon. Tu sais, comme un Maître des arts martiaux ou quelque chose. Ou alors, c'est autre chose. Mon père m'a dit qu'il y avait des dragons qui étaient des dragons intelligents, des dragons magiques. Et il paraît que vous en avez beaucoup plus en Chine, que nous. C'est vrai que vous avez aussi des dragons qui ne sont que des animaux, comme le boutefeu chinois, mais les dragons européens sont beaucoup plus physiques et dangereux et animaux, comme le Conelongue Roumain ou le Magyar à Pointes. Celui-là, c'est le pire. Enfin bref... Peut-être que comme vos dragons sont plus intelligents vous êtes plus amis avec eux, et vous nous en voulez de traquer les nôtres... »

Au milieu de sa phrase, Michel s'arrêta et laissa échapper un petit rire gêné.

« Ouais... Tout ça pour dire que j'en sais absolument rien. Mais ce que je sais c'est que, vu les relations que j'ai avec ma famille, le fait que ta famille soit ennemie de la mienne te rangerait plutôt du côté des mes amis, si tu vois ce que je veux dire... »

Et, avec un sourire un peu amer Michel haussa les épaules et commença à chercher un bouton de sonnette, une corde avec une cloche au bout, bref quelque chose à tirer ou à pousser pour prévenir les occupants de la maison œuf qu'ils avaient deux nouveaux pensionnaires à la porte.


Dernière édition par Michel Sangdragon le Jeu 10 Nov - 22:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niamh

avatar

Age : 16

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Optimiste
Totem: -
Trait particulier visible actuellement: Porte une serviette de bain autour du corps

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 21:57

Cependant, Niamh n'était pas partie, elle s'était juste ingéniée à leur jouer un tour pour leur faire croire qu'elle les avait quittés.
Elle était là, quelque part, bien planquée en haut d'un arbre, à une distance adéquate, afin d'espionner les deux garçons en toute discrétion. Car elle savait qu'en son absence, ils risquaient de discuter plus librement.

Les paroles entendues par tricherie étaient très souvent plus intéressantes que celles entendues de plein droit.

Ce petit tour lui permettait de garder forme humaine, donc de conserver ses vêtements. Il aurait été embêtant de perdre les habits que Minako lui avait si gentiment prêtés.

Elle ne les quitterait que lorsqu'ils auraient franchi le seuil de la maison d'Anietta. Par habitude, elle s'assurait qu'ils seraient en sécurité.

Aussi du haut d'une branche, bien camouflée entre les feuilles, la jeune fée observait, écoutait.

**Je garderai un œil sur eux, songea-t-elle avec un sourire tendre. Ils vont connaître bien des difficultés face auxquelles je ne pense pas qu'ils aient été convenablement préparés...**

Dès que Michel et Nathanaël seraient face à Anietta, Niamh repartirait, pour de vrai ce coup-ci, à la recherche de son protégé officiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lia-vilore.netai.net/
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Jeu 10 Nov - 23:34

« Ouais... Tout ça pour dire que j'en sais absolument rien.
Mais ce que je sais c'est que, vu les relations que j'ai avec ma
famille, le fait que ta famille soit ennemie de la mienne te rangerait
plutôt du côté des mes amis, si tu vois ce que je veux dire...
»

Nathanaël soupira. Michel n'était visiblement pas au courant. Tant mieux. Le garçon se demandait encore s'il ne devait pas faire machine arrière. Après tout, il commençait à bien aimer Michel. Il aurait été bête qu'une fois la vérité -enfin... selon sa famille, encore une fois- révélée, ils deviennent ennemis.
Mais encore une fois, qu'était donc la vérité ? Les siens avaient très bien put tourner le récit à leurs avantages. Et le fait que Michel n'ait jamais entendu parler de sa famille était bien étrange...
De son côté, il était presque sûr de ne pas se tromper.

"-Non, je suis plesque sûl que ce soit ta famille le ploblème de la mienne. C'est une longue histoile, et stupide en plus. Je te la lacontelais en détail si tu es intelessé, mais en glos, les Xiao Hua, donc mes ancêtles, ainsi que tout les solciers chinois en fait, vénélaient les dlagons. Il y avait autlefois un dlagon chinois, Xing Xing, qui était devenue folle. Les Xiao Hua, en tant que conseillers de l'Empereur, étaient considélés comme les chefs du monde solcier Nous ne pouvions évidemment pas la tuer, du coup nous l'avons chassée en Eulope. Où elle aulait tuer des Eulopéens en gland nomble. Un maîtle Dlagon, ton ancêtle Sandalgon, aulait finalement léussi à extelminer la bête. D'aplès la légende, il auait coulpé la tête du dlagon, et l'aualit magiquement tlanspoltée en Chine, devant le palais loyal, tlanspelcée sur un pic. Hols, il n'y avait pas plus gland sacillège. C'était une violation à nos plincipes legieux les plus anciens. On n'avait pas le dloit de souiller le colps d'un dlagon. "

Le garçon finit son long monologue. Oui, vraiment, cete histoire de vieille rancoeur était stupide. De son point de vue, il considérait que les deux camps avaient eut tort : Les Xiao Hua n'aurait jamais dut se débarasser du dragon ainsi, quand bien même il leurs aurait été impossible de le tuer, condamant ainsi d'innocents Européens. Et les Sandragons n'auraient pas dut passer outre des principes religieux des mages chinois. Mais cette histoire avait trop duré. La preuve, le descendant des Sandragons ne la connaissait même pas. Alors pourquoi se tourmenter ? Pourquoi se ressasser de vieilles histoires vieilles d'il y a si longtemps...

Wen rechercha lui aussi du regard une sonette ou quelquechose qui pourrait y substituer. Il se demandait quelle allait être la réaction du garçon. Après avoir observé la porte pendant une bonne minute, un peu bêtement, il regarda Michel et lui dit :

-"Bon, bah... on toque ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Sangdragon

avatar

Age : 15

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: Remonté
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: Blouson de cuir col relevé

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Ven 11 Nov - 1:27

Tandis que le jeune chinois exposait l'histoire de leurs différends familiaux, vus du côté oriental, Michel écoutait, mi surpris mi intéressé. Surpris parce que faire un si grand cas des traditions familiales lui semblait étrange. En tout cas, étranger à son propre caractère. D'un autre côté, son père aurait certainement compris cela. Peut-être même était-il au courant de cette vieille querelle. Il faudrait que Michel s'en assure dans une lettre à sa mère.
Mais le jeune garçon était aussi intéressé. Parce que toute l'affaire lui semblait à la fois dramatique, poignante et risible, selon le côté duquel on la considérait.

« Oui, je vois l'histoire... » dit-il, une fois que Nathanaël eût fini son récit. « En fait, votre famille était coincée avec ce dragon qui cassait tout et qu'ils ne pouvaient pas tuer, et vous auriez bien aimé que mon ancêtre le tue, mais sans qu'il vous le dise, comme ça vous auriez pu faire semblant de ne pas le savoir. D'un autre côté, mon ancêtre à dû se dire que l'Europe n'était pas un champ d’épandage où l'on pouvait se débarrasser de ses dragons dangereux en espérant que quelqu'un d'autre règle le problème à votre place. Les moldus ont les mêmes problèmes avec les déchets nucléaires et chimiques. Du coup, il vous a envoyé un signe bien clair disant qu'il ne voulait pas que ça se reproduise.
Vous, vous étiez coincé par vos traditions de respect envers les dragons, lui il était coincé par son devoir de protecteur. 
»

Tout en parlant, Michel regardait l'épée qu'il avait scotché très peu cérémonieusement sur l'étui de sa guitare. Son père avait insisté pour qu'il la porte en permanence, mais le jeune homme, soutenu par sa mère, avait fait valoir que cela risquait de donner de lui une image assez agressive auprès de ses condisciples et de ses professeurs. Aussi l'avait-il emballé un peu à la hâte, même s'il la chérissait plus que tout autre possession, et il se trouvait présentement désarmé, sans même avoir la possibilité de lancer un sort au cas où le jeune chinois aurait décidé de l'attaquer. Mais, après avoir soupesé le pour et le contre, Michel décida de ne pas s'armer et de continuer à parler, signe d'une poussée de sociabilité assez peu fréquente chez lui. L'atmosphère enchanteresse de l'île sans doute. Ou bien la présence furtive mais bienveillante de Niamh à quelques pas de là, peut-être.

« En fait, ça me rappelle un livre que ma mère m'a fait lire parce qu'elle le trouvait très romantique. Le Cid, ça s'appelait. C'est un peu la même histoire. D'un côté il y a un garçon qui défend l'honneur de son père et qui, à cause de ça, tue le père de sa fiancée, et de l'autre il y a la fiancée qui doit forcément venger la mort de son père, et qui va jusqu'à engager un tueur pour assassiner l'homme qu'elle aime. Coincés tous les deux par leur devoir, quoi. »

S'approchant de la porte, et sur l'injonction du mage chinois, le chevalier des nuées toque à l'huis quelques coups francs et nets.

« On va bien voir s'il y a quelqu'un. Je n'aurais rien contre un petit en-cas. Pas toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathanaël Xiao Hua

avatar

Age : 14

Carnet du sorcier
Humeur actuelle: pensif
Totem: Encore inconnu
Trait particulier visible actuellement: porte un collier en forme de dragon

MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    Ven 11 Nov - 9:32

[J'ouvre un nouveau sujet à la maison œuf Click Here I love you !

(EDIT SIR: Message clos. 5/03/13)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel Sangdragon -    

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Sangdragon -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» hommage à michel Corringe.
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» The Real Michel Martelly
» FEMEN BOUCH NOU MICHEL MARTELLY VIENT DE REFAIRE MONTANA A SA FACON !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleus Theria :: Zone Côtière :: Votre arrivée sur l'île :: Dragoport-
Sauter vers: